Vous êtes ici : Accueil > Mobilités > KINEMA > Prix du jeune jury KINEMA 2015






    Documents joints

    Publié : 27 mai 2016
    Format PDF Enregistrer au format PDF

    Filmfest Braunschweig 2015

    Prix du jeune jury KINEMA 2015

    Du 3 au 9 novembre 2015 s’est réuni le Jeune Jury franco-allemand "KINEMA" dans le cadre du 29e festival international du film de Brunswick. Une élève du Lycée Claude Monet du Havre et deux élèves du Lycée Raymond Queneau d’Yvetot en faisaient partie.

    Depuis 2007, un jury, composé de plusieurs jeunes français et allemands, attribue, dans le cadre du festival international du film à Brunswick, le prix KINEMA, récompensant ainsi un premier ou deuxième film francophone ou germanophone pour ses qualités artistiques. Les jeunes jurés sont accompagnés par un réalisateur professionnel, président du jury.

    Le prix KINEMA a pour objectif :

    - de permettre le dialogue entre jeunes Français et jeunes Allemands cinéphiles dans le cadre exceptionnel d’un festival professionnel du film ;
    - de développer un intérêt mutuel pour la culture cinématographique du pays partenaire ;
    - de soutenir des jeunes réalisateurs des deux pays et de les intégrer dans le dialogue entre jeunes Français et Allemands.

    PDF - 444.2 ko
    KINEMA_Jugendpreis

    Pour l’édition 2015, les 6 films en compétition étaient les suivants :
    - 4 Könige, Allemagne (2015), réalisation : Theresa von Eltz.
    - Der Bunker, Allemagne (2015), réalisation : Nikias Chryssos.
    - Le Dép, Canada (2015), réalisation : Sonia Bonspille Boileaul.
    - Keeper, Belgique / Suisse / France (2015), réalisation : Guillaume Senez.
    - Max & Lenny, France (2014), réalisation : Frédéric Nicolas.
    - Treppe aufwärts, Allemagne (2015), réalisation : Mia Maariel Meyer.

    Le Prix KINEMA du jeune jury a été attribué au film :

    MAX & LENNY, de Frédéric Nicolas.

    Max, Lenny, die Stadt Marseille und die Musik : das sind die vier Hauptdarstellerinnen dieses ersten Spielfilms von Fred Nicolas. Noch nicht mal 18 Jahre alt sind Lenny, die herbe und einsame Rapperin, und Max, die warmherzige Schülerin aus dem Kongo, die schon ihre Geschwister und Großmutter versorgen muss. Zwischen ihnen ist es Freundschaft auf den ersten Blick. Zusammen erkunden sie Marseille, die raue Vorstadt und das Meer, die armen und reichen Stadtteile. Die eine kommt so aus ihrem schwierigen Familienalltag heraus und die andere lernt, sich selbst und ihrer Kunst zu trauen. Denn ihre Musik (von Hip-Hop bis Mozart) ist ein wesentlicher Teil der Geschichte und ihre einzige Hoffnung, aus den Problemen zu entkommen.

    Aus der Begründung der KINEMA-Jury : „In seinem Film „Max & Lenny“ zeigt Fred Nicolas die Entstehung einer innigen Freundschaft zweier Mädchen aus Marseille, die ihnen neue Perspektiven bietet. Im Bestreben, sich so weit wie möglich der Realität anzunähern, sind Nicolas’ Darsteller, selbst aus Marseille stammend, beinahe vollständig Laien. Durch stimmungsvolle Aufnahmen lässt uns der Regisseur in das Innerste der Stadt eintauchen : Hier sind die Lebensbedingungen gerade in den benachteiligten Vierteln alles andere als optimal. In ihrer Gegensätzlichkeit von Meer und Hochhaussiedlung, Freiläufigkeit und Gefangenschaft, gerät die Stadt selbst zur Bedeutungsträgerin. Ebenso übernimmt die Filmmusik eine entscheidende Rolle : Von der Hauptdarstellerin Camélia Pand’or selbst verfasst, verdeutlicht anklagender Rap die einzige Möglichkeit Lennys, ihrem Aufbegehren gegen systematische Ungerechtigkeit Ausdruck zu verleihen. Fred Nicolas hat einen wirklichkeitsnahen Film geschaffen, dessen Ende Raum für Hoffnung lässt.“

    Léa D., élève du Lycée Claude Monet du Havre et membre française du Jeune Jury KINEMA, témoigne de son expérience à Brunswick en novembre 2015 :

    JPEG - 15.1 ko

    « En novembre, nous avons participé au Filmfest de Braunschweig pendant une semaine en tant que jury KINEMA, avec deux autres élèves français et trois allemands. Dès le lendemain de notre arrivée en Allemagne, nous avons été accueillis par les organisateurs de festival, ainsi que par la présidente du jury, Amélie Desserre, afin de nous expliquer le déroulement de la semaine et comment « exercer » notre rôle de jury. Une ambiance décontractée et amicale s’est directement installée au sein du groupe, et nous n’avions d’ailleurs aucun mal ni gêne à discuter entre nous, malgré la barrière de la langue.

    Lors des « réunions » suivant chaque film regardé, nous débattions dans les deux langues sur les différents « critères » de jugement des films, c’est-à-dire la mise en scène, le scénario, le jeu des acteurs, ou des lumières, et même le son, la musique, etc. À la fin de ces discussions, nous donnions des notes provisoires afin de mieux les classer et délibérer lors de la décision finale du gagnant du prix KINEMA. La présidente de jury nous aidait à orienter nos propos et pensées, à mieux les construire et les approfondir, et à organiser nos jugements, d’où son rôle important dans notre groupe. Nous avions à juger 6 films différents, 3 dans chaque langue. Ils mettaient en scène principalement des situations réalistes, ou tout du moins cherchaient à exposer des problèmes quotidiens.

    Nous avons aussi eu l’occasion d’assister à d’autres projections hors du cadre du prix KINEMA, ce qui nous a d’autant plus permis de découvrir de nouveaux films, l’un d’eux m’a particulièrement marqué : Margarita, with a straw, de Shonali Bose, à la fois touchant et intéressant, sur le plan de la réalisation, de l’image et du jeu des acteurs.

    L’une des meilleures parties de cette expérience était la rencontre avec différents intervenants ; des acteurs, réalisateurs, avec lesquels nous parlions, ce qui pouvait enrichir notre vision du film. Ma discussion avec Catherine Salé, actrice du film en compétition Keeper, m’a permis de découvrir certaines choses dont je n’avais pas connaissance lors du visionnage ou auxquelles je n’avais pas fait attention au premier abord.

    Être membre du jury Kinema a été une expérience inoubliable, je ne vois désormais plus les films de la même façon, je ne me contente pas de les regarder, mais je les analyse comme pour ceux en compétition ; et j’ai pu découvrir mon actuelle passion pour le cinéma, ainsi que mon souhait d’orientation future, qui serait donc d’organiser à mon tour un festival de cinéma comme celui de Braunschweig. »

    Voir en ligne : Filmfest Braunschweig

    Post-scriptum

    La 30ème édition du Festival international du film de Brunswick se déroulera du 8 au 13 novembre 2016. Trois élèves de notre académie, impliqués en 2015-2016 dans le dispositif KINEMA, devraient une nouvelle fois siéger dans le Jeune Jury.

    Rendez-vous sur le site KINEMA en cliquant ici.