Vous êtes ici : Accueil > Examens > Baccalauréat > Précisions sur la nature des épreuves écrites






    Documents joints

    Publié : 14 novembre 2012
    Format PDF Enregistrer au format PDF

    Baccalauréat général et technologique

    Précisions sur la nature des épreuves écrites

    Memento : épreuves écrites 2013 / statut des sujets zéro en allemand

    Les deux exemples de sujets pour la session 2013 des épreuves écrites d’allemand présentés ici ne constituent en aucun cas un modèle. Ils ne sont que des illustrations, non exclusives, des modalités possibles de mise en œuvre des évolutions apportées dans les sujets par la note de service du 16 novembre 2011 (B.O. n° 43 du 24 novembre 2011). Ceci explique, entre autres, qu’ils ne concernent que l’épreuve de LV1 des sujets du baccalauréat général.
    Pour rendre ces évolutions perceptibles, les exemples de sujets prennent appui sur les supports utilisés pour des sujets des sessions 2011 et 2012. La comparaison entre ces appareils d’évaluation montre que les différences essentielles résident :
    - dans l’utilisation de plusieurs documents et dans l’exploitation de leurs relations implicites ;
    - dans le lien thématique entre les supports pour l’évaluation de la compréhension et les tâches d’expression écrite, tout en respectant la distinction entre les deux ;
    - dans la prise en compte des niveaux de compétences A2, B1 et B2 dans les exercices destinés à évaluer la compréhension de l’écrit et dans la pondération entre ces niveaux pour définir la notation sur 10 ;
    - dans la relation explicite avec le programme de la classe de terminale.
    Sans représenter une nécessité pour les futurs sujets ni exiger de savoir-faire particuliers des candidats, l’exemple de sujet n° 2 représente un premier pas pour intégrer la dynamique de l’approche actionnelle recommandée dans ce programme, tout en respectant les contraintes liées à la maquette de l’épreuve. Il a également pour finalité d’engager une réflexion dans la discipline sur les évolutions envisageables pour l’évaluation de la compréhension.
    En ce qui concerne l’évaluation de l’expression écrite, la même grille que celle en usage pour l’allemand dans les sessions précédentes sera utilisée, avec toutefois une formulation simplifiée des descripteurs.
    Bien au-delà de la continuité évoquée ci-dessus, ces deux exemples montrent que les modifications introduites dans la définition de l’épreuve écrite ne devraient en aucun cas surprendre les enseignants d’allemand ni leurs élèves dans la mesure où elles ne font que renforcer et rendre encore plus cohérentes les évolutions mises en œuvre depuis plusieurs années dans l’évaluation des compétences en allemand.

    LV2 / séries générales et technologiques / LV1 séries technologiques :
    Comme vous avez pu le constater les deux exemples de sujet pour l’épreuve écrite du baccalauréat ne concernent que la LV1 dans les séries générales. Il s’agissait, par ces deux exemples pour les mêmes candidats, de montrer qu’il n’y a pas de modèle et que les sujets, qu’elle que soit leur forme, ne sont pas de nature à mettre en difficultés les candidats.
    Bien entendu, vous pouvez préciser, à votre initiative ou en réponse à d’éventuelles questions, que les sujets de LV2 et des séries technologiques seront adaptés aux objectifs donnés aux enseignements correspondants. Ainsi,pour la LV2, en particulier,
    - il n’y aura pas de question de compréhension de niveau B2 (par exemple celle explicitant le lien avec une des notions du programme) dans la mesure où l’objectif en LV2 se "limite" au niveau B1 ;
    - les supports seront identiques pour toutes les séries générales mais le nombre de questions plus important pour la série L puisque les candidats disposent d’une heure de plus d’examen que leurs camarades des autres séries ;
    - en expression, il n’y aura pas de question invitant à argumenter (comme précisé dans la maquette) mais qu’il y aura bien une question dans laquelle les candidats seront invités à donner leur avis sur une thématique en lien avec les supports ; la différence essentielle entre ceci et l’argumentation portant sur la construction de la réponse (aspect discursif) et sur la maîtrise des structures lexicales et syntaxiques nécessaires pour introduire des arguments, les commenter explicitement et les infirmer/soutenir.

    Inspection générale d’allemand